Pratique

Les mauvais payeurs : les informations à connaitre

Les mauvais payeurs : les informations à connaitre

Généralement, les internautes rencontrent surtout les mauvais payeurs dans le cas de la délivrance d’une prestation ou dans un cadre strictement professionnel. Les gens peuvent être pris au dépourvu, pourtant il existe un moyen de détecter au préalable les mauvais payeurs. Cela permet de ne pas se retrouver dans des situations fâcheuses, mais aussi de résoudre avec tact les situations de retard de paiements rencontrés avec la clientèle.

Les moyens de prévenir les mauvais payeurs

Il existe des solutions pour lutter contre les mauvais payeurs. En effet, les chiffres sont formels à ce sujet la somme totale des impayés dans le pays atteint les 12 milliards d’euros. La première solution consiste dans une bonne rédaction des factures comme moyen de prévenir les mauvais payeurs. En effet, il faut préciser les délais de paiement sur les factures. Après tout, c’est le document qui fait valoir les droits des deux parties. Dans le cas des entrepreneurs en général, le délai de paiement est au minimum de 30 jours. Ce genre de délai est subjectif, toutefois il ne doit pas dépasser les 60 jours pour être crédible et comporter des pénalités de retards pour tout délai dépassé. Il faut aussi préciser que le délai de paiement commence à partir de la date de création de la facture. La solution à l’amiable est aussi une option contre les mauvais payeurs. Cela consiste en des relances client par le biais de courrier, de mail ou de téléphone au choix. Parmi ces moyens, le téléphone est le moyen le plus fiable. Lors de la conversation, la courtoisie est de rigueur, mais il faut également posséder de la fermeté.

Passer aux solutions un peu plus poussées pour les mauvais payeurs

Généralement, contre les mauvais payeurs il faut commencer par la recherche d’une solution à l’amiable. Ce n’est qu’une fois cette option totalement échouée que peut commencer une répression plus poussée. Il s’agit de la lettre de mise en demeure. Cette dernière se décrit comme la tentative de recouvrement par excellence de l’entrepreneur. Il est question d’un courrier avec accusé de réception qui va indiquer au mauvais payeur une mise en demeure à payer le montant qui est dû. Une fois cette mise en demeure reçue par le mauvais payeur, ce dernier a droit à un délai de 8 jours pour pouvoir adresser une réponse à l’entrepreneur dans le cas d’une relance à l’amiable au préalable. Si l’entrepreneur n’a pas envoyé une procédure de relance en amont, le mauvais payeur a droit à un délai de 30 jours. Une fois les délais mentionnés passés, s’il n’y a aucune réponse de la part des mauvais payeurs, l’entrepreneur peut passer à la phase suivante de la poursuite judiciaire.

Les solutions les plus ajustées contre les mauvais payeurs

La voie judiciaire est un recours assez lourd contre les mauvais payeurs. Il n’est plus question de relances amiables, il faut recourir à un huissier de justice. La suite de la procédure consiste donc en une injonction à payer sous la forme d’un courrier d’un juge. Petite précision, il n’est pas question ici d’être convoqué au tribunal. Une solution pour éviter ce genre de problème est de prendre en compte le moyen de paiement des clients. Généralement, il est question d’espèces, de chèque ou de virement bancaire. Il existe actuellement des applications fiables comme GoCardless facile à utiliser.

Comment here